Languedoc Roussillon Airsoft
Bienvenue sur

LANGUEDOC ROUSSILLON AIRSOFT


Pour une meilleur visite du forum, nous t'invitons à te connecter ou t'enregistrer en cliquant sur un des liens ci-dessous.


Airsoft
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [ 02 au 05 Juin 2011 ] Saissac "Gemini"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
safari ou maman-ours
Les Hyènes Rebelles
avatar


MessageSujet: [ 02 au 05 Juin 2011 ] Saissac "Gemini"   Mer 16 Mar 2011 - 17:44

L'association Tetras airsoft est heureuse de vous inviter à participer à l'opération Gemini: les flammes du Caucase.
Cette opération se déroulera sur 4 jours les 2,3,4 et 5 Juin, pendant le week-end de l'ascension.
Les joueurs seront acceuillis du jeudi à 12 h au dimanche à 12 h.

Seront compris dans le PAF d'un montant de 30 euros:
La location du terrain de 50 hectares
les frais d'assurance
les frais d'organisation
et, surtout, un vrai repas convivial (apéritif, entrée, plat,fromage, dessert et café ah, et le vin aussi...) servis à l'auberge qui se trouve sur le terrain.

Le terrain se situe sur la commune de Saissac, au lieu dit de l'Albejot et posséde toutes les commodités (toilettes, eau et éléctricité), le tout dans un cadre exceptionnel.

Il s'agit d'une OP purement Milsim et Rôle play plafonnée à 100 joueurs pour privilégier la qualité des participants.

Des informations seront distillées jusqu'au jour de l'OP, à commencer par le site dédié, en ligne très bientôt.
Place au scénario et rêgles:

L' Albejistan, minuscule débris de l'ex-empire des Tsars rouges.
Enclavé dans le caucase, ce pays de moins de 10 millions d'âmes à, depuis la chute de l'union soviétique, été dirigé avec une fermeté extrême par le président Vostroya, un ancien aparatchik communiste rapidement convertis à l'économie de marché, surtout pour son intérêt personnel.

L'une des particularités de l'Albejistan consiste en ses immenses réserves gazières.
Largement sous-exploitées pour satisfaire aux exigences de Moscou qui voit en ce pays l'assurance de son indépendance énergétique lors des crises futures, les ressources gazières de l'Albejistan constituent une mânes pour le régime qui, grâce aux revenus versés par les consortiums russes, peut entretenir une police et une armée d'une puissance disproportionnée.

Mais l'avidité est un vice universel, et les généraux de l'armée républicaine d'Albejistan voient dans l'usure du pouvoir une chance inespérée de faire fructifier leurs fortunes.
A l'occasion d'une vague de mécontentement populaire, l'armée rompt son serment d'allègence au régime et destitue le président Vostroya.
Un cartel de généraux met en place un gouvernement de « salut national » et s'empresse d'ouvrir le marché de l'exploitation gazière aux compagnies occidentales.

Les autorités Moscovites sont furieuses et lancent immédiatement une campagne médiatique visant à discréditer ces généraux trop soucieux de passer pour « des champions du peuple ».
Rapidement, des équipes d'ingénieurs occidentaux sont dépêchées sur place pour procéder aux sondages des gisements et des contrats d'exploitation mirifiques sont signés dans la foulée.

Des mois plus tard, la population ne note aucune amélioration de son niveau de vie, contrairement à celui de leurs « champions du peuple ». La grogne populaire est savamment favorisée par Moscou qui finance grassement les partis d'opposition.
Face à l'agitation croissante et pour protéger leurs intérêts, les compagnies occidentales font un appel massif aux services de groupes de sécurité privés.

Les semaines passes et, comme il était prévisible, la situation s'envenime considérablement, jusqu'à ce qu'une malencontreuse « bavure » à mettre à l'actif de membres d'un société de sécurité ne déchaîne les foudres des opposants, qui dénoncent la brutalité des « auxiliaires étrangers de la junte militaire ».
Moscou se fait l'écho de ces protestations et réclame, à la tribune des nations unies, une enquête sur la situation en Albejistan et un moratoire sur toute nouvelle exploitation en attente des conclusions de l'enquête.

Nul n'est dupe de la manœuvre, mais le conseil de sécurité ne peut faire autrement que d'envoyer une force d'interposition constituée de casques bleus pour que les enquêteurs puissent faire leur travail.
La junte militaire de l' Albejistan émet de vigoureuses réclamations quant à cette ingérence dans ses affaires intérieures, surtout effrayée par l'ascendant pris par la Russie dans cette affaire.

Les choses semblent se calmer un temps et les conclusions de la commission d'enquête se dirigent vers l'hypothèse de l'incident stupide.
C'est alors qu'un groupuscule d'opposants radicaux procède à l'enlèvement et à l'exécution de quatre membres d'une société de sécurité afin, selon leurs revendications, de « rendre justice au peuple bafoué par les laquais étrangers de la junte ».
Aussitôt, les incidents se multiplient et l'armée Albeljistanaise, qui n'attendait que ce prétexte, lance une vaste opération contre les groupes séditieux, provoquant des pertes sensibles aux populations civiles sympathisantes.

Devant le danger imminent de guerre civile, les gouvernements occidentaux décident l'envoi sur place des forces armée pour soutenir la mission de l'ONU, protéger leurs ressortissants et organiser une éventuelle évacuation.
Voyant que la situation échappe à leur contrôle, les Russes avertissent les occidentaux qu'une intervention de leur part constituerait une violation de la souveraineté d'un état situé dans leur sphère d'influence, ce dont il ne saurait être question.
Pris entre deux feu, incapable de faire face seuls, les généraux Albejistanais sont contraints de faire appel officiellement à l'aide militaire Russe, ignorant le double jeu habile du Kremlin.

Moscou mobilise ses forces alors même que les premiers contingents de l'OTAN débarquent en Albejistan.

En quelques mois à peine s'est dessinée une crise majeure.
Le moindre incident pourrait mettre le feu aux poudres et la question n'est pas de savoir si le pire peut arriver, mais dans combien de temps il se produira.

Factions (sur une base de 100 joueurs hors PNJ)

Troupes de l'Otan (jusqu'à 35 joueurs)
Troupes russes/armée Albejistanaise (jusqu'à 35 joueurs)
Contractors (jusqu'à 10 joueurs)
Casques bleus (jusqu'à 10 joueurs)
Civils en arme (jusqu'à 10 joueurs)

PNJ

Enquêteurs de l'ONU
Ingénieurs
Journalistes
Civils désarmés

Dress code:

Otan:
Tenues occidentales, cohérentes et aussi complètes que possible.
Répliques occidentales en cohérence avec la tenue.

Russes:
Tenues russes de tout type.
Répliques russes.

Armée Albejistanaise:
Tenues mixées de type militaire. Pas d'effets civils ni de tenues « complètes » pour éviter les confusions.
Répliques mixées avec une majorité de répliques russes.

Contractors:
Tenues « techniques ». Pas d'effets civils. Pas de camouflages non plus, tenues de couleur unie.
Tout type de répliques.

Civils en arme :
Tenues civiles uniquement, hormis pour le belage, pas de tenues typées militaires.

Onu:
Tenues militaire complètes et casques bleus (fournis par l'organisation).

Conditions d'engagement:

Troupes de l'OTAN:
Théoriquement, ces forces sont uniquement là pour aider à l'évacuation des ressortissants occidentaux.
Ils ne sont pas sensés ouvrir le feu. Bien entendus, en cas de provocations ou de contact hostile, cette situation peut évoluer. Seuls les officiers ont droit de modifier les conditions d'engagement, toute « bavure » peut avoir de graves répercutions.

Troupes Russes/ armée Albejistanaise:
Au début, ces troupes n'ont aucun intérêt à déclencher une escalade de la violence. Une posture méfiante, voire agressive est possible, mais sans ouverture de feu. Les Russes seront à l'affut de toute faute de la part des occidentaux et n'hésiteront pas à faire volontairement l'amalgame pour tout ce qui n'est pas de leur camp.

Contractors:
Ils sont payés pour assurer les intérêts de leurs employeurs, et uniquement cela.
S'il est nécessaire de recourir à la force, ils n'hésiteront donc pas.
Ce sont malgré tout des professionnels aguerris et pas des chiens fous, une attitude de pro est donc obligatoire.

Casques bleus:
Ouverture de feu uniquement pour se défendre, et après avoir respecté la procédure !
Pas de dérogation possible.

Civils en arme :
Sabotages, enlèvements, attentats, tout est possible, le tout est de prendre aussi peu de risque que nécessaire.
Bien entendus, déclencher un conflit généralisé est un bon moyen d'avoir les mains libres pour agir.





Règles des touches:

Lorsqu'un joueur est touché, CAD par une bille ou une série de billes groupées, il est blessé légèrement. Il doit sortir de la zone de tir en se signalant et nouer un bandage blanc visible, de préférence sur la zone touchée. Il reste inactif 5 min au minimum puis peut se remettre en jeu. Pendant ce laps de temps, il peut être capturé.

A la seconde touche, il est blessé gravement. Il doit alors tomber au sol est appeler un médecin. Il peut éventuellement ramper sur quelques mètres pour aller à l'abri. Seul un médecin peut le remettre en jeu par apposition des mains sur un laps de temps de une minute et en lui posant un deuxième bandage spécial. Le joueur peut alors se remettre en jeu.
Au bout d'une dizaine de minutes sans le secours d'un médecin, le joueur « meurt » des suites de ses blessures.

A la troisième touche, le joueur est « tué ». Il doit alors se rendre à son QG par le chemin le plus court et en se signalant clairement.

Rôles spéciaux:

Sous-officiers :
Ont en charge un groupe de combat. Ils doivent mener leurs hommes sur le terrain tout en se conformant aux directives de leurs officiers. Un sous-officier responsable de manquements pourra se voir dégrader au rang de simple homme de troupe.

Officiers:
Sont en charge de leur camp. Doivent assurer une permanence à leur QG pour donner les directives globales. Seuls les officiers peuvent décider de modifier les conditions d'engagement de leurs troupes. Leurs décisions auront un impact primordial sur le déroulement des opérations.


Médecins :
Peuvent soigner (remettre en jeu) les blessés graves. Pour ce faire, ils disposent d'un certain nombre de brassards spéciaux qu'ils doivent poser sur le blessé pour le remettre en jeu. Lorsqu'ils sont à cours de ces brassards spéciaux, ils doivent retourner au QG se réapprovisionner.
Les médecins ne peuvent que se défendre et ne doivent pas êtres engagés par les autres joueurs, sauf les civils en arme qui ne sont pas restreints par la convention de Genêve.


Répliques :

Les répliques sont réparties en plusieurs catégories:

Répliques de poing : Aucune limitation en nombre. Peuvent tirer en automatique ou en semi-automatique. Puissance limitée à 350 fps. Ne doivent pas êtres munies de crosses d'épaule ni de chargeurs de plus de 30 coups.

Répliques d'épaule: Une maximum par joueurs. Peuvent tirer en automatique et semi-automatique.
Puissance limitée à 350 fps. Chargeurs de 120 coups maximum.

Réplique de soutien : Deux maximum par groupes. Peuvent tirer en automatique et semi-automatique. Puissance limitée à 350 fps. Chargeurs sans limite de capacité.

Répliques de précision: Deux maximum par groupes. Ne peuvent tirer qu'en semi-automatique. Puissance limitée à 400 fps. Chargeur de 50 coups maximum.
Réplique de snipe: Deux maximum par groupes. Rechargement manuel. Puissance limitée à 450 fps. Chargeur de 30 coups maximum.

Back-up divers: Comprends les fusils à pompe, les lance-grenades ou tout autre réplique non listée ci-dessus. Limitée à un par joueur maximum et soumis à vérification/ approbation de l'organisation.

Si vous avez bien lu, seuls les mid-cap et low cap sont acceptés sur les répliques « standards ». Si vous mettez un hi-cap sur votre réplique, elle sera considérée comme réplique de soutien, donc limitée en nombre.
A noter que les limitations par groupes sont cumulatives. C'est à dire 2 Répliques de soutien OU 2 répliques de snipe OU 2 répliques de précision ou tout autre combinaison jusqu'au maximum de 2.

Constitution des groupes:

Chaque groupe sur le terrain est constitué de la sorte:
Un sous officier + jusqu'à 5 hommes avec un minimum de 2.
Cela signifie qu'un groupe peut représenter un squad complet (sergent, arme collective, radio, medic etc...) ou un simple binôme sniper-spoter, ou tout autre configuration.
Néanmoins, et pour éviter qu'une faction ne soit composée que d'équipes de répliques de soutien, il ne pourra y avoir plus d'équipes composées de moins de 6 joueurs que d'équipes « complètes ».
Sauf en cas d'élimination et de retour au QG, aucun joueur n'est sensé se promener seul.
Le cas échéant, un joueur isolé aura à justifier de sa situation. La désertion, c'est mal vu...



Assignation et réalisation des missions:

L'opération se déroulera selon un scénario dynamique mis en place par l'organisation.
Ce scénario va évoluer suivant les actions des joueurs. Aussi, chaque participant sera un acteur du jeu et du développement de l'histoire.
Cependant, l'organisation est seule à décider de l'orientation globale du scénario, tout en prenant, bien sûr, en compte les actes accomplis par les joueurs.
En ce sens, un certain nombres de missions seront attribuées par l'organisation aux différentes factions. Ces missions seront de nature très diverses, du sabotage à la libération d'otage en passant par des missions de renseignement.

Les officiers de chaque faction seront contactés par l'organisation qui leur détaillera les tenants et aboutissants de la mission. C'est ensuite aux officiers de mettre en oeuvre les moyens nécessaires à l'accomplissement de la mission. La réalisation de certaines missions favorisera l'avancée d'autres missions, certaines seront indispensables à faire avancer le scénario etc...
Chaque mission devra donc être traitée avec toute l'attention requise.
A noter que la plupart des missions seront à effectuer selon un timing précis, avec un délais au terme duquel la mission sera un échec.


Rôle-play et aspect « milsim »:

Cette OP à pour ambition de mettre en place une forte composante de jeu de rôle.
Sans cette composante, le scénario n'évoluera pas, privant les joueurs des aspects les plus passionnants de celui-ci. Le but de cette OP n'est pas d'accumuler les frags à la chaine, au contraire. Une approche plus circonspecte, en accord avec les attributions et objectifs de chaque faction, sera nettement plus valorisée qu'une approche frontale et irréfléchie.
Chaque joueur est donc invité à jouer le jeu.
De même, la hiérarchie au sein de chaque faction aura son importance. Le but n'est pas de frustrer les joueurs, ni d'instaurer une discipline militaire qui n'est pas en accord avec l'aspect convivial et bon enfant de l'airsoft. Mais les différentes factions devront agir comme un tout cohérent et ne pas être une masse de joueurs ou chacun fait ce que bon lui semble sans respect ni pour le scénario ni pour les autres joueurs.

La bonne volonté de tous et l'implication dans un rôle seront les deux éléments qui feront que l'OP sera un moment de plaisir partagé ou une série fatigante de prises de bec et d'incompréhensions.
Pensez-y.

Fair-play:

Ce ne doit pas être un vain mot.
Toute attitude ouvertement idiote et dangereuse est à proscrire.
De même, tout act d'anti-jeu n'a aucune raison d'être.
Le maitre-mot sera: attitude cohérente.
Gardez à l'esprit que vous vous devez d'agir de façon réaliste. Par exemple, un rush suivis de rafales à bout portant n'a rien de réaliste et est dangereux. Un type seul assiégé par dix autres se rends, il ne fait pas perdre de temps à tout le monde en tirant à tout va juste pour le plaisir de bloquer le jeu etc etc...

S'il est signalé à l'organisation que un ou plusieurs joueurs posent soucis, il y aura trois cas de figure:

avertissement verbal, plus ou moins courtois selon la nature de la faute.
pénalité de jeu pouvant aller jusqu'à une heure (le joueur est isolé) en cas de récidive ou de comportement dangereux.
exclusion définitive de l'OP (voiture=>maison) pour les multi-récidivistes ou bien en cas de
comportement intolérable.

Souvenez-vous que ces mesures servent à garantir au plus grand nombre une OP sereine et amusante. Errare humanum est, perseverare



voici le lien du forum pour s'inscrire http://operation.gemini.xooit.fr/index.php
Revenir en haut Aller en bas
safari ou maman-ours
Les Hyènes Rebelles
avatar


MessageSujet: Re: [ 02 au 05 Juin 2011 ] Saissac "Gemini"   Ven 18 Mar 2011 - 9:40

Revenir en haut Aller en bas
benzoi




MessageSujet: Re: [ 02 au 05 Juin 2011 ] Saissac "Gemini"   Dim 3 Avr 2011 - 2:54

slt a tous
je suis tres intéressé a cet op mais c'est koi l'adresse du terrain ?
Revenir en haut Aller en bas
safari ou maman-ours
Les Hyènes Rebelles
avatar


MessageSujet: Re: [ 02 au 05 Juin 2011 ] Saissac "Gemini"   Dim 3 Avr 2011 - 17:54

salut benzoi , c'est a saissac ( aude 11)
Revenir en haut Aller en bas
benzoi




MessageSujet: Re: [ 02 au 05 Juin 2011 ] Saissac "Gemini"   Lun 4 Avr 2011 - 0:56

safari a écrit:
salut benzoi , c'est a saissac ( aude 11)

ok, c pas loin de sérignan c bon j'y serai aussi
a+
Revenir en haut Aller en bas
safari ou maman-ours
Les Hyènes Rebelles
avatar


MessageSujet: Re: [ 02 au 05 Juin 2011 ] Saissac "Gemini"   Lun 4 Avr 2011 - 16:34

il reste de la place que chez les ruses
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ 02 au 05 Juin 2011 ] Saissac "Gemini"   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ 02 au 05 Juin 2011 ] Saissac "Gemini"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Languedoc Roussillon Airsoft :: O.P - PARTIES ET FEEDBACK :: O.P :: Archives O.P-
Sauter vers: